Visitez une unité WAGABOX®

1. Casiers

Les déchets sont stockés dans des casiers dont le fond et les parois sont tapissés de membranes de géotextile étanches. Une fois remplis, ils sont recouverts d’une nouvelle membrane pour enfermer les déchets dans une enveloppe étanche. Les casiers refermés sont équipés de puits permettant d’évacuer le biogaz produit spontanément par la dégradation des matières organiques qu’ils contiennent.

2. Réseau de collecte du biogaz

Le réseau de collecte du biogaz relie les puits aménagés sur chacun des casiers, pour évacuer le biogaz produit spontanément par la dégradation des matières organiques contenues dans les déchets. Relié à un suppresseur, il achemine le biogaz jusqu’à l’unité d’épuration WAGABOX®.

3. Torchère

La torchère qui était en service sur le site reste en service pour brûler le biogaz lorsque l’unité WAGABOX® n’est pas en mesure de l’épurer (pendant les opérations de maintenance par exemple), afin d’éviter toute émission de méthane à l’atmosphère.

4. Arrivée du biogaz brut

Le biogaz brut qui parvient à l’unité WAGABOX® est constitué de méthane, de dioxyde de carbone, d’air (oxygène et azote), et souvent saturé de vapeur d’eau. Il contient également des traces d’autres gaz, notamment de l’hydrogène sulfuré et des composés organiques volatils (COV). Un prétraitement est nécessaire avant de procéder à la séparation du méthane.

5. Prétraitement

Avant son épuration, le biogaz doit être débarrassé de l’hydrogène sulfuré qu’il contient au moyen de charbons actifs, pour éviter que ce composé toxique et corrosif endommage les équipements. Le biogaz est ensuite refroidi dans un échangeur pour éliminer l’eau par condensation.

6. Système d’adsorption par variation de pression (PSA)

Le système d’adsorption par variation de pression ou PSA (Pressure Swing Adsorption) élimine les composés organiques volatils présents dans le biogaz. Il est constitué de trois réservoirs contenant différents adsorbants, montés en parallèle.

7. Système d’élimination des vapeurs huiles (ORS)

Le système d’élimination des vapeurs huiles ou ORS (Oil Removal System) débarrasse le biogaz des éventuelles traces de vapeur d’huile provenant du compresseur, afin de préserver l’intégrité des membranes de filtration.

8. Module de filtration membranaire

Le module de filtration est constitué d’un compresseur et d’une batterie de membranes, installés à l’intérieur d’un containeur. Il sépare le dioxyde de carbone des autres composants. Le containeur abrite également plusieurs autres équipements : les automates qui pilotent l’installation, des vannes de commandes, et un second compresseur servant à envoyer le biométhane vers le poste d’injection.

9. Système d’adsorption par variation de pression et de température (PTSA)

Le système d’adsorption par variation de température et de pression ou PTSA (Pressure-Temperature Swing Adsorption) élimine les traces résiduelles de dioxyde de carbone dans le biogaz avant la distillation cryogénique, pour éviter la formation de « glace carbonique ». Il est constitué de deux réservoirs contenant des adsorbants microporeux, fonctionnant en alternance : l’un est en phase d’adsorption tandis que l’autre est en phase de régénération.

10. Module de distillation cryogénique

Le module de distillation cryogénique sépare le méthane de l’azote et de l’oxygène contenus dans le biogaz. Il se compose d’une colonne de distillation et d’un échangeur. Un léger apport d’azote liquide est utilisé, notamment lors des phases de démarrage. Le biogaz est refroidi à une température de -161°C (112K) pour liquéfier le méthane, qui est récupéré par gravitation, tandis que les gaz de l’air sont renvoyés vers l’oxydateur.

11. L’oxydateur thermique

L’oxydateur thermique sert à brûler les différents flux générés par l’épuration du biogaz (notamment ceux contenant des composés organiques volatils) pour éviter toute émission polluante à l’atmosphère.

12. Local technique

Le local technique abrite le poste de contrôle-commande, les armoires électriques, la baie de télécommunication et divers équipements. L’unité WAGABOX®, supervisée à distance par les équipes de Waga Energy, fonctionne de manière autonome, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, et sept jours sur sept. Son fonctionnement est supervisé à distance par les équipes de Waga Energy.

13. Point d’injection du biométhane

Au terme du processus d’épuration, la concentration de méthane dans le biogaz atteint 98 % : le biogaz est devenu du « biométhane ». Il est envoyé vers le poste d’injection de l’opérateur du réseau.

14. Poste d'injection GRDF
Le poste d’injection marque le point d’entrée du réseau de l’opérateur du réseau de gaz. Il contient des équipements permettant de vérifier la conformité du biométhane avec les critères d’injection, d’odorise le gaz pour favoriser la détection en cas de fuite, et de mesure les volumes injectés.

Unité WAGABOX® du site Suez des Ventes-de-Bourse (Orne)

  • Mise en service : 15 janvier 2020
  • Volume de biogaz à traiter : 450 m3/h
  • Composition : 45-50 % CH4 | 0-3 % O2 | 5-20 % N| 4 000 ppmv H2S
  • Distance du réseau avant travaux : 14 kilomètres
  • Capacité de l’unité : 25 GWh/an